La fausse couche

Photo : @sxc (Freepik)

Photo : @sxc (Freepik)

Qu’est-ce qu’une fausse couche ?

Il s’agit de l’expulsion de l’œuf par le corps après qu’il ait été fécondé. La fausse couche peut être précoce ou tardive.

La fausse couche précoce

Elle intervient avant 2 mois et demi de grossesse mais généralement avant 1 mois et demi de grossesse. La cause en est la présence d’un embryon non viable (anomalie des chromosomes) ou d’un œuf “vide” (l’embryon ne s’est pas développé).

La fausse couche tardive

Elle intervient après 2 mois et demi de grossesse.

L’œuf n’est plus mis en cause. Elle est due à un certain nombre de causes telles que :

– le col de l’utérus qui reste ouvert et qui n’est pas tonique.

– la listériose développée après l’ingestion d’un germe présent dans le lait ou le fromage à pâte crue.

– la toxoplasmose.

– les malformations de l’utérus.

– l’hypothyroïdie

– le diabète gestationnel.

– l’âge.

– le tabac.

– le café. 

– l’alcool.

– les examens de dépistage comme l’amniocenthèse (à haute de 0,5 à 1%).

– le sport à forte dose (plus de 7 heures par semaine).

Le stress et la fatigue ne semblent pas mis en cause.

 Que sont les signes d’une fausse couche ?

– crampes,

– vomissements,

– douleurs de règles,

– pertes sanguines abondantes et/ou continues (avec présence de caillots de sang).

– disparition des signes de grossesse (seins qui se réduisent, arrêt des nausées).

Que faire en cas de fausse couche ?

En cas de fausse couche précoce :

Il est nécessaire de prendre rendez-vous avec un médecin afin de faire une échographie. Elle déterminera si l’expulsion est complète ou non. Dans le cas où elle ne le serait pas, des comprimés de prostaglandines (destinée à provoquer des contractions) aideront à tout évacuer. Il peut s’avérer aussi qu’il soit nécessaire de procéder à un curetage ou à une aspiration (hospitalisation).

En cas de fausse couche tardive :

Une hospitalisation est indispensable. Le fœtus est expulsé sous péridurale ou anesthésie générale.

Une aide psychologique peut parfois être nécessaire.

1 femme sur 3 des femmes est concernée. Ce n’est donc pas rare et il ne faut pas craindre d’en parler !

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !