Rééducation mouvementée…

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec la sage-femme qui m’avait préparé à l’accouchement pour un tout autre objet : rééduquer mon périné… pauvra périné qui a bien souffert pendant l’accouchement entre forceps et épisiotomie. Deux mois après, me voilà donc devant la nécessité de rééduquer ce muscle… Juste avant l’arrivée de la sage-femme, Emma s’est mise à hurler, la faim étant devenue, visiblement, insoutenable… Une crise !! mais une crise ! J’ai vraiment cru que les voisins…

Coupable ?

Quand je suis sortie de chez le médecin, une fois que ma décision de cesser l’allaitement a été prise et affirmée par le traitement qu’il venait de me prescrire, j’ai retrouvé l’air (pollué), le landau précédant mes pas… et j’ai pleuré… de soulagement ? de culpabilité ? de regret ? Peut-être bien de tout cela en fait… Cette décision n’a pas été des plus simples. D’ailleurs, j’ai eu bien du mal à retenir mes larmes…

Dernier recours

Ces dernières semaines, j’ai vécu de très mauvais moments liés à l’allaitement. J’en suis arrivée à souffrir énormément de la poitrine… des douleurs lancinantes, surtout nocturnes… des douleurs qui me poussaient à me lever pour tenter de réduire l’engorgement dont étaient régulièrement victimes mes pauvres seins. Je devais donc me lever pour moi… et pour Minipuce… plusieurs fois par nuit. Depuis quelques jours, une bonne semaine en fait, Minipuce dort 6 heures d’affilée. Ce n’est…

1 Girafe… 2 Girafes… 3 Girafes……….

Avec la naissance de Minipuce, nous nous doutions que nous receverions un certain nombre de cadeaux de la part de notre entourage… mais nous étions loin de réaliser quels seraient réellement les généreux “donateurs”. Nous avons été étonnés de recevoir des cadeaux de personnes que nous ne connaissions même pas ! Nous avons reçu des cadeaux de nos parents, beaux parents… qui se seraient d’ailleurs battu pour offrir le plus beau, le meilleur pour notre…

Juste une larme…

Il arrive parfois que des larmes naissent au coin des yeux… il arrive que plus rien autour de soi ne soit capable de sécher la peine que l’on peut ressentir. Cette peine que l’on ne se sent capable de partager avec personne et que l’on n’ose étaler au monde de peur d’être incomprise peut-être…  Une peine que l’on garde pour soi… Ce soir, j’ai de la peine. J’ai bien du mal à retenir mes larmes.…

Sensuelle maternité…?

Il y a des jours où je me sens plutôt bien oui… des jours où je me dis “c’est génial, je suis maman !… je suis forte, je sais comment faire pour m’occuper de mon bébé…” et puis d’autres jours où tout m’énerve, tout m’agace et tout devient difficile, compliqué, flou… C’est le cas aujourd’hui… J’avais décidé de ne pas en parler ici et de ne déverser que le côté sympa de ma nouvelle vie…

Magie de quelques sourires…

Je commence à saturer de mon état… je n’ose même pas relire les dernières lignes déposées sur ce blog… J’ai peur d’y retrouver la détresse de ces dernières semaines. Aujourd’hui, je me sens “mieux” mais ce n’est sans doute pas encore gagné. Mais j’ai décidé de prendre le problème à bras le corps et de laisser le plus rapidement possible cet état de côté pour VIVRE ! Alors, je vais essayer d’oublier (au moins ici)…

C’est normal ma p’tite dame !

Parfois, comme ce soir, je me sens vraiment seule… les larmes coulent alors sur mes joues tandis que Pitipuce engloutie un enième biberon (ce soir, elle ne s’arrête plus et ne semble jamais repue… parait que c’est le pic de croissance des 6 semaines…). Je me sens lasse et pourtant je devrais être heureuse, savourer mon bonheur d’avoir un bébé et surtout ne pas me plaindre… Mais c’est plus fort que moi… on dirait que…

Bib’ or not bib’…

Pendant la grossesse, et sans doute bien avant d’ailleurs, j’ai pris la sage décision d’allaiter mon bébé parce que je voulais lui donner le meilleur lait qui soit mais aussi pour créer ce lien si particulier qui peut se faire entre un nourrisson et sa maman. Depuis la naissance d’Emma, je me suis tenue à cette décision et je lui ai donné le sein dès ses premières heures de vie. Très vite, j’ai réalisé que…

Ce n’est pas “que du bonheur”… non non…

Il y a des choses que l’on ne nous dit pas sur l’après accouchement… ou des choses dont on nous parle peu… ou encore des choses auxquelles on ne s’intéresse simplement pas tant que l’on est enceinte… comme si nous n’étions pas concernées par “la chose”… Je m’en suis rendue compte dès les premières heures qui ont suivi mon interminable accouchement. C‘est en pénétrant dans la salle de bain impersonnelle de ma chambre de maternité…