En ce moment sur instagram

Evelyne

Rédactrice "en chef" du blog

Delphine

Chroniqueuse "Cuisine"

en-ce-moment-su-instagram.jpg

Retrouvez le blog sur Instagram :@Untibebe

newsletter.jpg

rechercher-sur-le-blog

Copyright / ebuzzing

Extrait du code de la propriété intellectuelle

Article L335-2

Des peines encourues pour le non respect du droit d'auteur : Toute édition d'écrits de composition musicales, de dessins, de peinture ou toute autre production imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon. toute contrefaçon est un délit La contrefaçon en France d'ouvrages publiés en France ou à l'étranger est punie de deux ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende seront punis des mêmes peines le débit, l'importation et l'exportation d'ouvrages contrefaits

Les articles portant ce sigle sont des articles sponsorisés ou présentant des produits offerts par une marque :

http://img.over-blog-kiwi.com/0/76/81/30/201309/ob_838550d463956942e8b7aaee971b2af2_copyright-r8851d9-1.gif

http://labs.ebuzzing.fr

Calcul du PageRank
Ebuzzing - Top des blogs - Famille

 

31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 08:45
Les premières vacances sans parents de ma fille... alors, c'était comment ?

Les vacances scolaires touchent à leur fin. Ce soir, je retrouve ma Minipuce qui a passé une semaine et demi loin de nous.

Je ne vous en ai pas parlé avant car le temps a (encore) filé trop vite… Alors, un retour sur ces deux dernières semaines pour vous expliquer comment se sont passées les premières vacances de ma fille loin de ses parents…

Tout a donc commencé le premier jour des vacances. C’était le 18 octobre… à 3 h 50. Le réveil venait de sonner et déjà mon Homme et moi avions les pieds posés au sol, nous affairant déjà dans la maison dont l’entrée était envahie de valises et autres sacs prêts à être embarqués dans la « Untibébé Mobile » (ça fait rêver hein ?!).

L’Homme a commencé à faire ses aller-retour « appart’- voiture » chargé comme un baudet tandis que moi, je finalisais les bagages à la recherche des derniers trucs à ne pas oublier.

Je suis allée dans la chambre des filles pour récupérer Minipuce qui dormait à poings fermés. Je lui caresse l’épaule en lui disant doucement : « ma puce, il faut te lever ». Ma Minipuce ouvre les yeux et d’un coup se lève… (quand je pense au mal que je peux avoir à la lever en semaine, avant d’aller à l’école !!!) Elle me tend les bras. Elle n’est visiblement pas bien réveillée malgré l’entrain témoigné au départ. Je la porte dans l’entrée où je l’habille avec la tenue préparée la veille. Chaussée, coiffée, elle est déjà prête à partir.

Papa est de retour. L’entrée est vide. Seule reste la cage destinée au transport des chats. Il faut, dès lors, attraper les bestioles qui ont bien compris qu’il se tramait un truc et qui se planquent espérant sans doute qu’on les laisse ici durant plusieurs jours à mourir de faim. Le mâle abdique mais la femelle se cache sous le lit conjugal, bien au milieu, de telle sorte qu’on ne parvient pas à la déloger de nos bras bien trop courts… J’emploie les grands moyens en m’armant d’un balai qui la déloge en deux temps trois mouvements avant de la voir se sauver dans l’appartement. Mais l’Homme connait la bestiole et, tel un dompteur expérimenté, l’attrape et la rentre dans la cage.

Nous sommes prêts à partir. Il ne reste plus qu’à prendre La Minuscule (qui ne dort plus et qui saute dans son lit en faisant des « ha ha ha ha ha ha… ») et à filer.

Il est à peine 4 h 30 et nous quittons Paris. Le voiture est pleine et les chats ne prononcent pas un « miaou »… ils savent que ça ne sert à rien. Les pauvres prennent leur mal en patience (je les admire pour leur patience mes chéris !).

Les filles s’endorment… et je pique du nez. Mon chéri conduit, concentré, et bien éveillé (il est trop fort mon chéri !). J’aime partir en vacances de nuit. Les routes sont calmes, le périphérique parisien est fluide (le top quoi !). Dans la voiture aussi, tout est calme. Le voyage semble plus court (sans doute parce que je m’endors !).

Et puis, il y a un moment que j’adore… Quand nous nous arrêtons pour petit déjeuner sur une aire de repos. L’ambiance est particulière… C’est un peu comme si tous les voyageurs, qui se côtoient en ce lieu, venaient de se réveiller. Tout est calme. Chacun prend son petit déjà hors de prix dans la grande salle de restaurant. Le brouhaha de la journée n’a pas encore frappé à la porte de ces lieux. Dehors, il fait frais, et on sent encore l’odeur du peu de nature de l’aire de repos. La rosée est encore là…

Il a bien fallu reprendre la route pour arriver à l’heure du repas chez mes parents, en Dordogne, une jolie région que j’apprivoise. Mes parents y ont emménagé il y a deux ans maintenant. Autrefois, ils vivaient en Bourgogne, là où j’ai mes racines.

Nous sommes restés 4 jours chez eux avant d’y laisser Minipuce… Voilà, c’était un peu (beaucoup) le but de ce voyage. Cette année, Minipuce a des vacances scolaires. C’est nouveau dans notre vie. La Minuscule, elle, a le privilège d’être gardée en crèche. Mais pour Minipuce, nous avions le choix entre le centre de loisirs ou les vacances chez les grands-parents. Nous ne souhaitions pas prendre la décision seuls. Nous en avons donc parlé à Minipuce, un beau jour de septembre, pour qu’elle nous fasse part de sa préférence.

Nous lui expliquons bien que si elle décide d’aller chez ses grands-parents, elle y sera seule, sans papa, ni maman, ni sa petite sœur. L’idée semble lui plaire. Nous lui donnons des détails supplémentaires… en parents « relou », on en rajoute, histoire de bien planter le décor dans son petit crâne d’enfant.

Et là, d’un coup, elle semble paniquée. Elle écarte les bras de telle sorte que l’une de ses mains fait un « stop » devant moi… son autre main stoppe son père. Elle crie « stop top top ! ». Nous la regardons, étonnés. Et elle ajoute : « mais moi, ze sais pas conduire ! »… parce que oui, nous bêtes parents que nous sommes, nous n’avions pas pensé à ça hein ! Nous lui avons donc expliqué que nous allions l’accompagner en voiture bien évidemment…

Nous avons donc passé 4 jours avec elle… le cœur un peu gros, je l’ai quittée, laissée à mes parents. Nous sommes rentrés à Paris, sans elle… ça fait bizarre je peux vous assurer… J’avais l’impression d’avoir oublié un truc… et quel truc !

Elle est restée avec eux du mercredi au lundi, jour où mes parents ont accompagné Minipuce chez mes beaux-parents. Ce fut pour eux l’occasion de se rencontrer parce qu’en 7 ans, ils ne s’étaient jamais vus ! Ouais, je sais, c’est la honte… mais c’était compliqué, tout ça…

Et voilà, aujourd’hui, elle rentre… aujourd’hui, ma Minipuce est sur la route avec son papy et sa mamy paternels. J’avoue que ça ne me rassure pas beaucoup de la savoir sur la route, comme ça, sans moi…

J’ai hâte de la retrouver aussi car, même si j’ai été très occupée durant cette semaine et demie sans elle, son contact me manque, ses bisous me manquent, son parfum me manque, sa peau toute douce me manque… (ses cris et ses crises ne me manquent pas par contre…bizarre, non ?) mais moi, son papa… on ne lui manque pas… ben non… Je le sais, parce que je lui ai demandé au téléphone… et la réponse a été directe, sans faux semblant :

Moi : « On te manque un peu ? »

Elle :  « ah ben non !»

Moi : « même pas un peu ? »

Elle (air agassé) : « ben noooon ! »

Voilà, c’est cool, c’est merveilleux, c’est super (c’est de l’ironie au cas où tu n’aurais pas compris…), je ne manque pas à ma fille… même pas un chouilla… ça m’fait vachement plaisir tien…

Mais bon, d’un autre côté, je dois avouer que je préfère ça plutôt qu’une petite fille accrochée à mes basques, qui ne fait rien seule et qui pleure l’absence de ses chers parents… et puis, allez, j’te l’avoue aussi puisqu’on en est à l’heure des confidences… en fait, même si ses bisous, son odeurs et tout le reste me manque, je l’ai plutôt bien vécue cette séparation ! En fait, elle m’a même fait du bien !

J’aime ma fille mais, ça fait du bien de ne pas toujours l’avoir avec moi !

Et toi, tu ressens quoi quand ton bout de chou quitte le navire familial pour les vacances ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Publié par Untibébé - le blog maman - dans EN FAMILLE... MINIPUCE GRANDIT... MAMAN...
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 09:00
Mon gros coup de coeur de l'année : les biberons et tasses BIOBASED de Viéco ! {TEST}

La fin de l’été est marquée par salon que j’ai plaisir à visiter : le salon Babycool. C’est sans doute le seul salon consacré à la puériculture que je visite. J’en ai visité beaucoup durant quelques années mais il faut bien avouer qu’à force, les nouveautés, je n’en voyais que bien peu. Ce salon se distingue des autres parce qu’il offre une place aux blogueurs (dont je fais donc partie !) grâce à Parole de Mamans. Un « prix des mamans » est remis pour des produits sélectionnés et testés avec soin.

Ce salon est aussi l’occasion de saluer l’ingéniosité de nouveaux produits à travers le prix de l’innovation !

Aujourd’hui, si je vous parle de ce salon, c’est parce que là-bas, j’y ai eu un gros coup de cœur. J’ai découvert une marque toute récente de biberons… et pas n’importe quels biberons. Ils ont, en effet, reçu le prix de l’innovation du salon et également le prix Janus de l’industrie ! Autant dire qu’ils ont un truc particulier à cacher.

Il s’agit des biberons BIOBASED de Viéco.

Mais en quoi ces biberons se distinguent-ils des autres ?

Cela peut sembler incroyable mais les biberons de Viéco sont conçus à partir de plantes ! C’est en 2013 seulement (c’est donc tout récent) que Viéco découvre la matière Biobased. La marque lance ses premiers biberons en 2014. Elle crée plusieurs collections qui contiennent des biberons, mais également des tasses d’apprentissage, des biberons à paille, des tasses destinées à maman… il y en a pour tous les âges !

Pour ce faire, elle choisi de faire appel à des designers pour donner à ces collections un look très sympa et décalé. Les produits BIOBASED de Viéco se distinguent dès lors des produits conventionnels de part leur matière et leur design !

J’ai complètement craqué pour la collection Mignon. J’ai d’ailleurs pu tester deux exemplaires de la gamme : une Tasse d'apprentissage à paille Honey Bunny de 330ml avec son bouchon tête de lapin trop chou et une tasse Maman Honey Bunny de 330ml et son adorable couvercle oreilles de lapin ! Des produits utiles et pratiques, facile à nettoyer qui font également office d’éléments de décoration… Pour tout dire, ma tasse a pris place sur mon bureau au boulot… ainsi, je peux la voir toute la journée et en profiter pour y boire de bons petits thés !... et puis elle fait marrer les collègues ! Moi j’adore !

Minipuce est accro à sa tasse à paille lapin rose. Il faut dire qu’il est super craquant lui aussi et d’une super contenance…

La Minuscule a pu tester un biberon à la tétine en silicone ultra souple de la collection Nature le biberon Rosy en 180 ml. Il me fait penser à un diabolo. Très facile à prendre en main pour bébé ! Son design est original et pratique.

Le seul hic, c’est le la matière ne permet pas de voir clairement les liquides par transparence comme dans les biberons classiques mais on arrive quand même à voir le niveau de lait introduit. La matière est assez opaque et le procédé de fabrication à partir d’éléments végétaux ne peux pas permettre de donner un résultat similaire aux autres produits « classiques ».

De fabrication française, les produits confectionnés en BIOBASED respectent au plus près notre planète et l’utilisateur (qu’il soit bébé ou adulte !). Pas de Bisphénol A dans ces biberons et autres contenants BIOBASED de Viéco ! Pas non plus de Bisphénol S dont on ne parle pour ainsi dire jamais… un perturbateur endocrinien, utilisé pour remplacer le BPA… Les produits BIOBASED ne contiennent aucun plastique et sont réputés incassables.

La matière BIOBASED issue d’éléments végétaux à 100%. Elle ne dégage aucun élément toxique, même exposé à de hautes températures puisqu'elle supporte des variations de température assez importantes : de -20°C à 100°C.

Je crois que ces biberons ont un joli avenir devant eux… et j’espère que d’autres marques développeront ce principe de fabrication de façon à côtoyer des produits plus seins au quotidien. Le prix est un peu élevé pour ce type de produit et rejoint ainsi la gamme des biberons « spécialisés » (à partir de 17€)

Les produits Viéco sont encore difficiles à trouver mais leur déploiement sur le marché français ne devrait plus tarder.

Que vous inspirent cette nouveauté dans le domaine de la puériculture ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Publié par Untibébé - le blog maman - dans ACTU - BONS PLANS & SHOPPING TESTS
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 08:30
C'est Halloween dans la cuisine de Miss Pat' ! {Des idées toutes douces!}

Halloween, c'est la fête des costumes, c'est la fête de la trouille, c'est la fête de la citrouille ! Et plus largement c'est la fête des cucurbitacés : tout ce qui est courge, potimarron, et autre butternut...

Miss pat' a choisi de fêter Halloween avec les courges Butternut et nous propose pas moins de 2 recettes terrifiantes pour le plus grand plaisir du palais de nos petits et des plus grands !

Le mot de Miss Pat' :
Pour Halloween, j'ai décidé de consacrer un post sur les courges butternut : elles font partie de mes favorites... et de ne pas vous faire peur, désolée ! Je ne suis franchement pas douée pour le sang, les fantômes, les énormes araignées, etc... Si vous voulez des gâteaux terrifiants, vous en trouverez à foison sur internet. J'en ai la chair de poule, moi !
Mon Halloween, il est doux, il est crémeux figurez-vous. La première douceur que je vous présente aujourd'hui  est justement une crème qui peut être dégustée par les tout petits comme par les très grands. 
Retrouvez également Miss Pat' sur son blog : cuisipat.canalblog.com
Et sur Facebook : Miss Pat' sur Facebook

 

*

Crème douceur au Butternut

*

----- Les ingrédients -----

  • 20 cl de crème végétale (soja, avoine, coco... ) ou de vache
  • 400 g de purée fine de courge butternut
    (cuire la courge en dés 35 minutes environ,
    dans un peu d'eau et d'huile, la réduire en purée)
  • 1 cuillère à café de cannelle (ou de curry, autres... )
  • 2 g d'agar-agar en poudre (1 cuillère à café rase)
  • 5 cl d'eau
  • sel non raffiné et poivre

-----  La préparation -----

Verser dans une casserole la crème végétale avec 5 cl d'eau, à mettre à ébullition avec l'agar-agaret la délayer avec la poudre d'agar-agar. Chauffer les deux ingrédients à feu doux, et porter à ébullition pendant 30 secondes à une minute.
Retirer du feur et ajouter la purée, la cannelle ou autres épices choisies, et du sel, du poivre.  Mélanger vivement.
Verser dans 2 mugs ou 4 ramequins. Réserver au frais pendant au moins une heure avant dégustation. 
 

*

Scone Butternut

*

----- Les ingrédients -----

  • 300 g de purée de butternut
    (cuire la courge en dés pendant 35 minutes environ
    avec un peu d'eau et d'huile, la réduire en purée) 
  • 300 g de farine de blé
  • 1 oeuf
  • 30 g de sucre
  • 1/2 sachet de levure
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre
  • 1/2 cuillère à café de sel non raffiné
  • eau si nécessaire

-----  La préparation -----

Chemiser une plaque de four.
Dans un bol, mélanger la purée de courge à l'oeuf battu, le vinaigre. Dans un autre, mélanger la farine, le sucre, la levure, le sel. Transférer le contenu du premier bol dans le deuxième. Mélanger. Ajouter de l'eau si nécessaire afin d'obtenir une pâte souple, et bien malléable. 
Former une boule de pâte. La déposer sur la plaque chemisée. L'étaler en galette épaisse d'au moins 1 centimètre d'épaisseur. 

Laisser reposer la pâte au frais pendant au moins une demi-heure à une heure. 
Préchauffer le four à 200°. 
Couper la galette délicatement en 8 parts. Badigeonner de lait (facultatif). 
Enfourner pour 25 minutes. 
 

Et chez vous, Halloween investit vos cuisines ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Publié par Untibébé - le blog maman - dans ENTREE DESSERT MISS PAT CUISINE
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 14:00
L'infertilité et ses traitements...

J’ai eu la chance de ne pas avoir eu besoin de recourir à un dispositif de procréation assistée. Pour autant, je n’oublie pas ces femmes, ces couples qui, confrontés à des problèmes d’infertilité, ne peuvent pas avoir de bébé aussi facilement que ça l’a été pour nous.

L’infertilité touche 15 % de la population. Ce n’est donc pas si rare que ça. Elle peut toucher n’importe qui. Différents facteurs peuvent causer l’infertilité.

Chez la femme,

… quand elle atteint un certain âge : à partir de 35 ans, la capacité reproductive diminue. Après 40 ans, elle est encore plus réduite…

… quand les trompes de Fallope présentent une lésion…

… quand le tissu utérin décide de se développer en dehors de l’utérus, on parle alors d’endométriose

… quand certaines maladies chroniques s’en mêlent (diabète, asthme, cancer, maladies de la thyroïde, etc.)

… quand elle se retrouve dans un état dépressif

… quand elle prend des anti-dépresseurs

Chez l’homme,

… quand il présente des problèmes liés à l’érection

… quand la qualité et/ou la quantité de son sperme est altéré…

… quand le tactus génital est altéré (impossibilité de déposer du sperme au fond du vagin)…

… quand il présente un état d’obésité très avancé…

… quand le pénis présente des anomalies (courbures, etc.)…

… quand il présente une pathologie au niveau de la prostate

Malgré tout, dans 20% des cas, la cause n’est pas identifiée.

Face à l’infertilité, quelqu’en soit la cause, un individu désireux d’avoir un enfant va tout mettre en œuvre pour réaliser son rêve. La démarche "traditionnelle" vise à consulter un gynécologue pour entamer des procédures parfois très très longues.

Certains iront même jusqu'à aller dans un salon très particulier qui ouvre ses portes très prochainement : inviTRA (14 au 16 nov. 2014), un salon consacré à la fertilité et la procréation assistée, qui a pour objectif de donner des solutions aux personnes qui souhaitent former une famille et qui ont besoin d’aide pour pouvoir l’obtenir. Ce selon s'adresse à des personnes qui ont généralement entamé des démarches depuis longtemps.

Cette année inviTRA met en avant les personnes qui souffrent (ou qui ont souffert) d’une maladie ayant engendré des problèmes de fertilité avec des conférences et la présence de cliniques. (>invitra.fr)

Que pensez-vous de ce type de salon ? Pensez-vous que vous pourriez vous y rendre si le "besoin" s'en faisait sentir ?

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Publié par Untibébé - le blog maman - dans INFERTILITE ACTU - BONS PLANS & SHOPPING
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 09:00
Choisir une chaise-haute modulable et évolutive : avantages et inconvénients {TEST & AVIS}

En matière de chaise haute, s’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est que le marché de la puériculture en propose de toutes sortes… et qu’il n’est pas forcément facile de s’y retrouver !

Je me revois encore perdue au milieu des articles de puériculture d’un magasin spécialisé alors que mon bidon commençait à pointer. Il y avait tant de modèles, tant de couleurs, et tant d’autres choses que je ne savais vers quoi me tourner. C’est vrai quoi, comment savoir quel modèle sera le mieux adapté à nos besoins, comment savoir quel modèle choisir ?

Le présent article n’a pas pour but de donner une réponse claire à ces questions en matière de chaises-hautes mais il a plutôt l’ambition de vous présenter un modèle que moi je trouve pas mal du tout.

Il s’agit d’une chaise-haute modulable et évolutive trouvée sur le site emob4baby. Déjà, le fait qu’elle soit évolutive est un point qui me séduit particulièrement. Je ne suis pas du genre à investir dans l’éphémère… j’ai d’ailleurs bien du mal à concevoir de ne pas parvenir à revendre les vêtements des puces, même à des micro-prix, alors qu’ils sont dans un super état… bref, tout ça pour dire que j’aime acheter durable !

Du coup, une chaise qui évolue avec l’enfant, je trouve ça top !

Dès que bébé est capable de s’asseoir, il peut intégrer une chaise-haute. C’est beaucoup plus pratique pour tout le monde. Bébé est à table, comme les grands, et ça, ça lui plait ! Et puis il est à hauteur d’adulte… ce qui plait aux parents qui peuvent plus facilement lui donner à manger sans se casser le dos !

Mais un bébé, ça ne reste pas bébé très longtemps… ça pousse ! et vite !

De ce fait, la chaise-haute peut rapidement se voir boudée… mais pas avec ce modèle là ! Cette chaise haute modulable se transforme en un ensemble table et petite chaise.

Comment c’est possible ?

En fait, la chaise sur laquelle bébé pose ses royales petites fesses est en fait une petite chaise emboitée dans une table basculée !

Ainsi, pour séparer les deux éléments, il suffit de soulever la petite chaise pour la séparer de la table qui joue le rôle de pieds. Le tout est bien maintenu quand les deux éléments sont réunis pour garder bébé en sécurité.

Une fois la table et la chaise séparées, il ne reste plus qu’à basculer la table pour positionner le plateau en haut.

La chaise peut être conservée avec sa petite tablette / entre-jambe intégrées. Mais on peut aussi décider de retirer ces éléments grâce à la petite clé alène fournie.

La chaise a trouvé refuge chez papy et mamy où grouille les petits-enfants de 5 mois à presque 4 ans. Elle est donc idéale car elle s’adresse ainsi à tous les publics d’enfants de la maison.

La Minuscule peut s’asseoir dans la chaise-haute pour manger à table ou balancer des dominos posées sur la petite table… du haut de la petite chaise à laquelle nous laissons volontairement la tablette pour éviter qu’elle ne se sauve la chipie…

Minipuce peut s’adonner à sa passion du coloriage, les fesses posées sur la petite chaise exempte de tablette, devant une petite table toute consacrée à son plaisir.

Cousin Paul (3 ans) et Cousin Romain (2 ans ½) pourront s’amuser à faire rouler leurs petites voitures dans un garage à étages posé sur la petite table tandis que Cousin Léo (quand il aura 7 ou 8 mois) les observera avec attention dans la petite chaise et son plateau…

Avantages :

Elle n’est pas chère (moins de 50 €) !

Elle est en bois, une matière noble et robuste, facile à réparer pour les bricoleurs.

Elle est bien stable.

Elle est ingénieuse.

Son coussin d’assise est facile à nettoyer. Sa surface est lessivable.

Un système de maintien à l’entre-jambe évite à bébé de glisser de la chaise.

Elle est faite pour durer dans le temps.

Inconvénient :

Je regrette juste un peu qu’il n’y ait pas de système de ceinture 3 points intégré pour bien maintenir bébé dans la chaise. Il faut donc toujours avoir un oeil sur bébé... Mais ça devrait être le cas avec n'importe quelle chaise-haute de toute façon.

Et vous, votre chaise-haute, elle grandit avec bébé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Publié par Untibébé - le blog maman - dans TESTS
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -