Un orage a éclaté…

https://www.untibebe.com/wp-content/uploads/2011/06/110606160021.png

https://www.untibebe.com/wp-content/uploads/2011/06/110606160333.png

Mercredi, reprise du travail : ça se passe pas mal. Jeudi, c’était jour férié : je suis donc restée à la maison avec l’Homme, Minipuce et Bouffeur de Plastique. Tout aurait dû bien se passer… et pourtant…

Jeudi matin, nous dormons encore quand Minipuce se met à pleurer. L’Homme se lève… ça me fait tout “bizarre”. J’ai l’habitude que ce soit moi qui me lève. Je l’entends lui parler , la changer et filer dans la cuisine lui préparer un biberon. Moi, je suis restée dans notre lit et un malaise monte en moi… Le biberon englouti, la Puce est posée sur son tapis d’éveil. La journée commence.

Je me lève et je me sens inutile. Elle pleure, je m’approche d’elle : l’Homme me dit que ce n’est pas la peine, que c’est “du ronchonnage”. Je laisse tomber mais je n’aime pas. D’un coup les larmes me montent aux yeux (en même temps, elles ne vont pas monter ailleurs…) : ça ne va plus. Quelque chose est cassé et je ne comprends pas quoi.

Il va me falloir un bon moment et plusieurs seaux de larmes pour comprendre ce qui ne va pas. Je déprime complètement. Je me sens nulle, inutile. J’ai l’impression de ne rien faire convenablement.  Je n’arrive plus à trouver ma place auprès de Minipuce… Et pour couronner le tout, en allant chercher du réconfort auprès de l’Homme, j’ai reçu comme une décharge électrique qui m’a mise plus bas que terre.

J’ai essayé de lui expliquer que je me sentais mal, que le fait de reprendre le travail et de lui laisser la petite me faisait mal… Ce n’est pas le fait de lui laisser à LUI qui me blesse mais le fait, simplement, de ne plus être avec elle toute la journée, de pouvoir la prendre dans mes bras et l’embrasser à n’importe quelle heure du jour, jouer avec elle et lui chanter des chansons… Sa présence me manque et cela me fait horriblement mal.

Mais lui n’a pas saisi et, au lieu de m’aider à remonter la pente, je suis restée au pied, écrasée de surcroît par un lourd poids sur les épaules. Il ne comprenait pas pourquoi, pendant les 3 mois et demi passés avec elle je n’avais pas eu le temps de m’occuper du repassage ou d’autre chose… Ne comprenant sans doute pas (je ne nous ai pas laissé le temps d’en discuter) que pendant 2 mois et demi je me levais plusieurs fois par nuit pour Minipuce mais également pour cette fichue poitrine immensément gorgée de lait, poitrine que je devais “vider” toutes les deux heures pour ne pas trop souffrir !… ne comprenant pas que mes insomnies m’ont empêché de reprendre du poil de la bête et l’envie (et l’énergie) de faire du p***** de repassage… Bref, je suis partie m’isoler dans la chambre et j’ai pleuré, notant ce que j’avais sur le coeur sur une feuille de papier. Je n’en suis ressortie que le lendemain matin après une nuit quasi blanche.

Une nuit pendant laquelle j’ai vu défiler toutes les heures, m’endormant parfois pendant un quart d’heure tandis qu’autour de moi, homme, bébé et chat dormaient paisiblement. Autant dire que la journée de vendredi a été très embrumée. J’avais l’impression d’avoir pris une super cuite la veille !

 

Pendant que je cuvais ma nuit blanche, l’Homme a lu mes notes de la soirée. Quand je suis rentrée, la feuille était déchirée… Mes mots l’avaient énervé. Je ne saurais dire s’il a compris quel mal je portais en moi mais l’orage est passé.

Aujourd’hui, je crois avoir trouvé ma “nouvelle place” auprès de Minipuce, celle d’une maman absente la journée, d’une maman qui travaille pendant que papa reste à la maison…

J’ai hâte, cependant, de la retrouver pendant mon mois de vacances en août… quand papa; lui, retournera travailler…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Commentaires

14 comments

  1. samdalia says:

    c’est pas facile de lire ça..et encore une fois je te comprend…….

    j’ai vraiment l’impression en te lisant que tu as un grand sentiment d’incompréhension autour de toi…de la part de ta mère, de ton homme….

    les hommes ne comprennent que rarement ce que nous avons sur le coeur et je crois que c’est encore pire en ce qui concerne la maternité…

    courage…..ça va aller….mais essaie d’évacuer le plus possible!

    bises!!!

  2. audrey says:

    ça ne doit pas être évident effectivement de retrouver sa place à la reprise du boulot, c’est une nouvelle étape, une nouvelle organisation… mais le principal c’est que tu l’aies trouvée, cette
    place !  Et pour le repassage… no comment ! Incroyables ces hommes !!!! grrrr

  3. mathilde says:

    un petit moment que je te suis ici, j’ai déjà laissé un piti mot il y a quelques temps. Quoi de plus normal que de chercher ta nouvelle place, ta “nouvelle” manière d’être maman. Pas facile de
    devoir céder une grande partie de son temps passé avec son petit bébé à quelqu’un d’autre (quelque soit la personne). Tu reprends (je pense) le boulot alors que tu commençais tout juste à
    t’occuper de ton bébé avec plaisir, les nuits commençaient à être douces et les journées ensoleillées (au sens propre comme au figur d’ailleurs! ) . Ton mari ne s’est sans doute pas rendu compte
    de la réelle détresse dans laquelle te t’es trouvée il y a quelques semaines, ou il ne la comprenait pas. Comment pouvait-il comprendre, ce bébé était tant voulu, désiré, attendu?? Oui mais ça ne
    fait pas tout. Ce n’est pas si simple. Et ça, nos hommes , ils ont parfois du mal à le comprendre. Tu vas réussir à retrouver ta place de maman, et lui, il comprendra un jour ce mal-être. Peut
    être pas tout de suite, peut être plus tard, quand tout ira mieux, mais il comprendra. plein de courage…

  4. Elodie says:

    C’est vrai que c’est pas évident cette situation, tu reprends alors que tu avais ton rythme avec la puce et c’était bon . La paf…nouvelle organisation et le fait de la laisser et peut être plus
    dur que tu ne l’avais imaginer. J’imagine l’angoisse en plus qd tu essaies d’en parler à ton homme et qui comme bcp ne comprennent rien (ou font style de rien comprendre) j’èspère qu’avec le
    temps il comprendra tes mots et qu’il t’en reparlera (ce serait bien, au lieu de déchirer la feuille..;savoir ce qui l’a blessé)

    ce qui compte c’est qu’aujourd’hui ça aille mieux et que les jours suivant aussi. Ce fut un sacré coup dur cette reprise. Qd tu retrouves ta puce, occupe t’en comme avant même si ton homme te dit
    non laisse ect…c’est ton moment à toi et ta poupée.

    Courage.

    Bisous.

  5. Titeve says:

    Je pense qu’il ne réalise pas quelle difficulté c’est de vivre des nuits hâchées et des journées pas roses au début… J’essaie de lui faire comprendre… j’aurais aimé qu’il le vive : ça aurait
    été plus concret pour son cerveau d’Homme ! ^^

  6. Titeve says:

    C’est vrai : pas facile de se faire comprendre d’un homme ! il faut en avoir de l’énergie !!! heureusement mon blog m’aide aussi à évacuer !

    Bises

  7. Titeve says:

    Mon Homme c’est pas un pro du dialogue… il faut toujours l’amorcer et encore il est peu bavard… alors ça aide pas à s’installer dans cette nouvelle situation.

    Mais j’vais y arriver !!!!

    Bisous Elodie !

  8. Vinie says:

    C’est sûr que c’est pas facile… Mais ca vous fait du bien à toutes les 2 cette coupure, c’est pour mieux vous retrouver le soir 🙂

    Et dans 2 petits mois, tu l’auras de nouveau tout à toi 🙂

  9. emma says:

    ce n’est pas toujours évident de s’exprimer et de savoir ce qu’on attends d’eux, alors eux ils comprennent encore moins ce qui nous énerve encore plus! et oui, c’est pénible!!

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !