Tellement peur de la perdre…

bebe-dans-le-metro.jpg

Il y a une semaine de ça, j’ai fait un rêve… Un rêve qui s’est révélé être un affreux cauchemar.
J’étais dans une vieille maison, mal entretenue. Mes parents semblaient y habiter. Elle avait un style années 20 et, sur sa façade, courait de la glycine assombrie par l’hiver.
Au grenier de la maison, il y avait une imposante armoire, posée sur du foin ou de la paille.
Je quittais la maison en hurlant de colère contre l’Homme. Nous nous séparions fâchés sur deux chemins différents. C’est alors que la fenêtre du grenier s’est ouverte, laissant apparaître la tête de ma mère qui hurlait que l’armoire était tombée sur Minipuce.
Notre dispute était oubliée dans la seconde et, déjà, nous courrions, alarmés, vers la maison.
A l’étage, nous avons pu relever l’armoire mais Minipuce n’était pas dessous… Enfin c’est ce que j’ai d’abord cru. Ma mère m’expliquait alors que sous la couche de paille, tassée par l’armoire, se trouvais ma fille.
J’étais persuadée de ne jamais la retrouver vivante tandis que ma mère jurait de la punir pour avoir joué à côté de l’armoire alors que cela lui avait été interdit. Je ne comprenais pas sa suggestion, persuadée qu’elle ne mesurait pas la gravité de la situation.
Je n’osais pas creuser la paille pour retrouver ma fille dessous, préférant rester dans l’incertitude de sa mort plutôt que de la découvrir réellement sans vie.

Fort heureusement je me suis réveillée. Le cœur battant, les yeux écarquillés dans le noir, j’étais rassurée de réaliser que ce que je venais de vivre n’était pas réel.
Et, quand Minipuce s’est mise à pleurer lors d’un réveil beaucoup trop matinal, je n’ai pas râlé comme à mon habitude. Je suis allée chercher ma fille, je l’ai prise contre moi, en respirant le doux parfum de sa peau, avant de l’emmener avec moi dans notre lit de parents, mesurant, cette fois, la chance que j’avais de l’avoir.

Un cauchemar parmi tant d’autre qui me rappelle la peur que j’ai de la perdre. Une peur que je vis au quotidien et que je m’exerce à mettre de côté sans cesse. Une peur que je portais déjà en moi avant de lui donner la vie, une peur que je posais déjà sur l’Homme qui partage ma vie.
Cette peur, je crois, ne me quittera jamais…

Et vous, la ressentez-vous cette peur ?

Rendez-vous sur Hellocoton !



No votes yet.
Please wait...

Commentaires

Commentaires

11 comments

  1. maviedemere says:

    J’ai parfois le ventre complètement en vrac rien que d’avoir eu une pensée sur une tragédie qui pourrait arriver. Par exemple l’autre jour on roulait le long d’un cours d’eau et mes pensées sont
    allées vers une tragédie : la voiture tombe à l’eau que faire pour sauver Tipou ? Avec la neige qui est tombée il y a peu j’ai fais le rêve qu’il tombait à travers un lac gelé etc (pas forcément
    toujours lié à l’eau.)

    Je déteste ces pensées, et me triturer la tête à me dire « et si ça arrivait? »…

  2. LMO says:

    Pfiouu… J’ai fait beaucoup de cauchemars de ce genre pour Mouflette, souvent elle tombait dans une piscine et je ne réussissai pas à nager assez vite pour la sauver… Un rêve atroce, mais qui
    permet d’exorciser nos angoisses, je pense.

    Pour MC, je n’ai pas fait de cauchemar encore, mais j’ai tellement peur en permanence que mon angoisse de la perdre n’a rien d’inconscient… Cette angoisse est terrible et omniprésente…

  3. snoops says:

    je l’ai eu ++++ a la naissance de ma grande: apres un long parcours pour l’avoir, j’avais beaucoup de mal à me dire que c’etait bien ma fille, que personne ne viendrait la chercher

    du coup regulierement, j’ai des cauchemars, de ce style; et j’ai ete a 2doigts de le vivre reellement avec mon fils (il a failli se faire renverser par une voiture :'(  )

     

  4. cleopat says:

    toute maman a je pense cette peur on fond d elle mais il faut la chasser, ne pas y penser à chaque instant sinon on ne pourrait vivre sans se sentir angoissée et sans surprotéger son ou ses
    enfants .et ça n est pas une vie ni pour l enfant no pour la maman ! mais ce genre de rêves on ne peut y couper de temps en temps quelle horreur 🙁

  5. Miss Pat' says:

    Oui, penser au pire régulièrement, peut-être cela arrive t-il à tout le monde ? ! En tout cas, depuis que j’ai mon petit bonhomme, sans m’en rendre malade, j’ai une tendance à me faire des petits
    films affreux parfois. Je fais en sorte de les couper court en pensant ou en faisant autre chose. C’est une peur, si ce n’est une maladie, une phobie, qui doit nous aider à vivre et à savourer
    l’instant présent le mieux qu’on peut. C’est vrai que maintenant que j’ai un enfant, je me sens très sensible et facilement bouleversée par les drames d’enfants.

  6. anouchka says:

    Ce rêve a une explication psychanalytique bien sûr, mais je ne suis pas assez douée pour l’analyser mais le grenier, la paille, l’armoire, tout ceci est très significatif !

    Tu sais, je n’ose pas souvent l’avouer mais je suis pétrifier de peur depuis que par hasard j’ai regardé les lignes de la main de ma fille et est découvert que sa ligne de vie était très très
    courte ! J’ai passé et je passe encore des nuits sans dormir terrorisée à l’idée de sa mort précoce…………….C’est récurent chez moi et je peux donc te comprendre !

    Bon dimanche à toi ma belle, bisous doux

  7. nougatine37 says:

    Bonjour, ça faisait longtemps que je n’étais pas passée sur votre blog et en parcourant les différents posts, je tombe sur ça. Et là je me dis, ça fait du bien, je ne suis pas la seule !!! La
    seule à avoir peur le matin quand j’ouvre un oeil et que mon fils ne m’a pas reveillée de la nuit, aussitôt je vais discrêtement ouvrir la porte de sa chambre pour écouter s’il respire encore !
    Et pourtant, il a 2 ans ! Et je ne vous raconte pas toutes les autres angoisses à son sujet ! Je pense que malheureusement ça fait partie de notre rôle de maman d’être angoissée pour le devenir
    de nos enfants ! Bon courage à vous.

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !