Et si je me décidais enfin à demander de l’aide ?

En débutant cette nouvelle année scolaire (on va parler année scolaire même si je ne suis pas spécialement à l’école), je pensais bêtement avoir du temps à revendre. Pour rappel, j’ai débuté une formation de graphiste. En parallèle, j’ai toujours une activité de community manager, webmestre un peu et puis, surtout, de rédactrice web.

Bref, j’adore tout ce que je fais mais, finalement, du temps, je n’en ai pas vraiment plus qu’avant. Tout se développe et c’est vraiment chouette… mais le temps ne fait pas partie du jeu. Lui, il a décidé de continuer à me malmener. Je crois que lui et moi, on ne sera jamais vraiment copains… Ou peut-être seulement quand sonnera l’heure de la retraite… mais bon, on n’y est pas ! En attendant, je dois faire avec et je galère !

Les journées sont jalonnées de choses vraiment chouettes.

Même si je m’excite à lutter contre le Temps, à tenter mille et une techniques pour le braver et à finir par perdre quoi qu’il en soit, j’adore ça ! Enfin, ce que j’adore, c’est ce que je fais. Dans mon cerveau, ça fourmille d’idées. J’imagine des projets, j’écris, je m’épate à trouver de nouvelles façons d’aborder un sujet. Je photographie, j’illustre, je découpe, je colle, je peins, je dessine… je réfléchis…

Et puis je mange à la va-vite. Heureusement que je me débrouille pour toujours avoir des restes des repas… Cela me permet de manger correctement sans passer du temps en cuisine. Alors oui, je mange vite fait mais bien… Je laisse généralement tout en plan sur la table-basse du salon  ou en vrac dans l’évier de la cuisine avant de retourner à mon clavier…

Le soir, vers 17h30, mon smartphone me rappelle à l’ordre de sa sonnerie désagréable…

… Celle qui me sort de ma léthargie créatrice. Je me déconnecte de mon monde virtuel, de mon monde artistique et je réalise que j’ai une vraie vie… aussi… Mes yeux se posent alors sur la table basse ou sur l’évier de la cuisine. Je remarque les moutons de poussières qui traversent le salon d’un air de défis. Le panier à linge, lui, semble gaver de tout ce tissu qu’on lui fait avaler chaque jour. Mon bureau est dans un état peu présentable (ce n’est pas le moment de tenter une photo “instagramable”… Et là, je réalise à quel point j’ai “fichu mon bordel” et à tel point l’appart’ aurait besoin d’être nettoyé de fond en comble.

Bon, je vous rassure quand même… Chez nous, ça n’est pas sale ! On a un aspirateur robot qui fait le minimum et on prend quand même le temps, le week-end, de faire une petite toilette à notre appartement et de le ranger. Mais, au fond, même si j’essaie d’ignorer la question, je sais bien que cela ne suffit pas et qu’il aurait besoin d’un bon nettoyage plus pointu.

Alors, depuis quelques-temps, je me dis qu’on pourrait faire appel à un service de ménage à domicile.

C’est “marrant” car c’est une chose à laquelle je n’ai jamais vraiment pensé auparavant. Sans doute parce que je n’en voyais pas l’utilité. Sauf que, aujourd’hui, je me sens complètement débordée par tout ce que je dois faire ! Et le peu de temps que je parviens à dégager, j’ai envie de le passer avec ma petite famille. Le week-end, je vois mon homme s’échiner à vider le panier à linge et moi, je culpabilise, quelque part, de lui imposer ça (même si, c’est vrai, on est deux dans la même barque).

Franchement, j’ai envie que ça change… et je me dis que c’est peut-être le moment de passer le pas et de faire appel à une femme de ménage… Ne serait-ce que pour ranger un peu, entretenir les sols, mettre le linge à laver et à sécher avant de le plier. Je ne lui demanderai même pas forcément de repasser vu le peu de trucs qu’on repasse à la maison… Moi voilà, rien que ça, ça nous ferait gagner un temps fou, du temps de qualité à passer ensemble !

Le truc, c’est que, moi, je ne fais pas confiance à n’importe qui.

C’est la raison pour laquelle, sans doute, je pourrais m’orienter vers des boîtes spécialisées comme Ménage Azaé. Ce site propose, en effet, des services liés à l’entretient de la maison mais aide aussi les parents dans le choix de leur système de garde d’enfant grâce à son guide des modes de garde.

Voilà, aujourd’hui, je me tourne plutôt vers des entreprises comme ça, qui ont un bon réseau et qui travaillent avec des personnes de confiance. Des boîtes qui nous mâchent sacrément le boulot question embauche et gestion. Et puis, l’avantage, c’est aussi de pouvoir bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôts à hauteur de 50% des dépenses engagées. C’est une motivation supplémentaire…

Je me dis que 2018 pourrait nous faire passer le pas. Du coup, j’aimerais sincèrement recueillir vos avis sur le sujet si vous avez opté pour une femme de ménage.

Alors, dites-moi, femme de ménage ou pas femme de ménage chez vous ?

Article écrit en collaboration avec Azaé

Commentaires

Commentaires

5 comments

  1. Emilie says:

    Femme de ménage depuis 10 ans déjà, 3h/semaine c’est un vrai plus et un luxe abordable (question de priorités) avec les réductions d’impôts.
    Par contre j’ai privilégié le bouche à oreille en choisissant d’embaucher la dame qui faisait le ménage chez des voisins. Elle vient pour la journée et fait nos deux maisons.

  2. Maman Sur Le Fil says:

    Femme de ménage depuis 4 ans maintenant. 3h tous les 15 jours, car financièrement, on ne peut pas plus. Cela me décharge pas mal et je préfère donner mon argent à quelqu’un qui en a besoin qu’aux impôts… Perso, on passe par une association de réinsertion (tarifs moins onéreux) et la personne que nous avons est top, top !

    Virginie

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !