Un bébé loin d’être parfait…

Avant de devenir parent, je pense qu’on se fait tous une image de l’enfant à naitre. On en imagine parfois les traits, on en dessine les contours, on lui attribue, peut-être, un caractère, une façon d’être et de se comporter… En tout cas, dans ma petite tête, ça s’est passé comme ça…

J’ai imaginé Emma avant qu’elle ne vienne au monde.

Un petit bébé mignon que j’aimais déjà d’un amour immense. Je me suis imaginé ses réactions, ses petits sourires et ses rires de bébé… J’ai beaucoup idéalisé sa venue. Ce bébé à venir était parfait. Il ne pouvait en être autrement. Je n’avais aucune idée des nuits blanches, des difficultés que j’aurai à l’allaiter ou simplement à comprendre pourquoi elle pleurait…

Sa naissance a été une épreuve terrible à laquelle je ne m’attendais vraiment pas…. Là encore, j’avais idéalisé ce moment sans m’imaginer une seule seconde que tout pourrait se passer différemment. Après presque deux nuits sans dormir, elle est enfin née. J’ai vécu ce moment comme un soulagement bien plus que comme un moment de joie. J’avais enfin accouché, j’allais pouvoir me reposer… Sauf que, une fois de plus, je me suis fait de jolis films. Avec un nouveau né, pas question de s’imaginer dormir.  Mais ça, visiblement, je ne l’avais pas encore en tête. Finalement, j’ai fini par très vite le comprendre. Je vous passe le baby-blues et la dépression post-partum qui s’en sont suivies…

Mon bébé était loin d’être aussi parfait que je l’avais imaginé et la réalité était sacrément dure à encaisser.

Avec le temps, j’ai compris qu’un enfant n’était jamais parfait et qu’il fallait ne pas trop en attendre de lui.

Et puis, surtout, je crois que j’ai compris une chose essentielle : nos enfants ont beau sortir de nos entrailles, ils n’en demeurent pas moins très différents de nous. Ce ne sont pas des extensions de notre personne mais des personnes à part entière. Bien sûr, on peut avoir des points communs et des ressemblances mais jamais un enfant n’est une copie de ses parents.

Pour Léna, de ce fait, tout a été différent.

J’avais fait du chemin mine de rien. L’accouchement s’est bien passé et l’étape du baby-blues dégagée, j’ai appréhendé ma vie de maman d’une toute autre façon, plus zen et moins idéalisée.

Léna ne me ressemble pas beaucoup.

Elle a un caractère bien trempé, et se révèle assez à l’aise avec les autres… Elle se fait des amis assez facilement et a un caractère de cochon. Mademoiselle Boudeuse c’est elle ! Parfois, j’y vois le visage de ma petite soeur quand elle était enfant… Dans ces moments-là, je me dis que oui, elle vient bien, au moins un peu, de moi. Malgré ce caractère auquel j’ai encore bien du mal à me faire, cette petite fille est intelligente et vive, plein de ressources et de surprises. Quand elle le veut, elle peut se montrer très douce et attentionnée. En fait, elle voudrait bien pouvoir commander et, frustrée, elle a parfois du mal à l’exprimer. Cela crée des conflits et des blocages mais c’est justement parce qu’elle sait ce qu’elle veut faire de sa vie de petite fille… Elle ira loin ma petite Léna !

Pour Emma, c’est différent…

Le choc a pourtant été énorme à son arrivée mais, en réalité, elle me ressemble beaucoup plus. Physiquement déjà… Beaucoup me disent que c’est une mini moi. Mais, très sincèrement, je ne m’en rends pas bien compte. Ses attitudes, cependant, me catapultent dans mon enfance. Elle est très créative, s’amuse à fabriquer des choses avec trois fois rien, dessine, dessine, dessine… avec talent ! C’était moi enfant ça ! (après j’ai changé…)

Et puis, elle est Elle.

Elle est douce, attentionnée… Emma a toujours un mot tendre pour moi. Souvent, elle me dit que je suis belle, remarque le moindre petit changement sur ma personne, me complimente, m’embrasse, s’inquiète de savoir si j’ai bien dormi ou non…

Elle qui a bouleversé mon existence il y a un peu plus de 6 ans maintenant, celle qui n’était pas la perfection que je m’étais imaginée, est finalement une véritable Perfection.  Emma est une petite fille obéissante et sérieuse qui aime faire plaisir à ceux qu’elle aime. Elle a toujours une pensée gentille pour sa famille, son papa, sa maman, sa petite sœur parfois, ses grands-parents…

Emma c’est une crème qui, parfois, il faut bien l’avouer, déborde. Elle s’énerve quand elle se sent lésée, pleure quand elle est déçue…

Mais elle demeure ma petite fille parfaite, ma petite Emma… Ma jolie Perfection…

Rating: 5.0. From 3 votes.
Please wait...

Commentaires

Commentaires

2 comments

  1. Maman Sur Le Fil says:

    Quelle belle déclaration à tes filles et surtout à ta plus grande… Tes mots résonnent en moi, et si la relation avec ma fille est plus volcanique, elle ressemble beaucoup à la votre, de ses débuts chaotiques à l’apaisement et la complicité d’aujourd’hui !

    Bonne journée

    Virginie

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !