Me livrer… 2 mois après…

Voilà bien longtemps que je n’ai pas pris mon clavier (à défaut de ma plume ou de mon stylo bille !) pour me livrer ici… J’ai beaucoup écrit, ici et ailleurs, toujours sur des sujets qui me sont chers… Mais cela fait bien longtemps, je crois, que je n’ai pas laissé mon petit coeur s’exprimer. Je vous ai parlé de ce voyage que j’ai très envie de faire au printemps prochain, ou encore de ce petit problème auquel Emma est confrontée… J’ai partagé un moment que nous avons passé en famille lors de ce joli brunch… Bref, je vous ai parlé de tout un tas de trucs. Emportée par le flot d’idées qui inondent mon cerveau, je ne vous cache pas que j’ai beaucoup tendance à m’oublier… moi…

Je pensais trouver un rythme plus léger depuis la rentrée.

Pour rappel, depuis septembre, je suis officiellement en formation. Une formation que je suis à la maison en vue d’apprendre le métier de graphiste. Je ne sais pas si cela me permettra de devenir graphiste mais cela me permettra au moins de compléter mes compétences et de réaliser un rêve de gamine.

En m’engageant dans cette formation, je pensais avoir du temps à tuer. Mais le truc c’est que, en parallèle, je continue mon activité de Communiy Manager et je vois celle de Rédactrice Web se développer, pour mon plus grand plaisir. Vous savez à quel point j’aime écrire ! 

Alors, du coup, je suis terriblement occupée. Mes journées, je ne les vois plus passer. Elles filent encore bien plus vite que lorsque je travaillais dans un bureau. Le matin, je m’assoie derrière mon bureau. A 11h47, je lève le nez sur la pendule en me disant “déjà ???”. Je me laisse encore un peu de temps pour travailler avant de lever à nouveau le nez sur l’horloge du salon, réalisant qu’il n’est pas loin de 15 h et que j’ai complètement oublié de manger. Alors, je mange vite fait et je me remets au travail sachant pertinemment que la prochaine fois que je lèverai le nez, il sera 17h30, l’heure de penser à récupérer les filles à l’école.

Voilà, chaque journée ressemble à ça, à quelques détails près.

Je pensais m’ennuyer et avoir besoin de contacts.

En commençant cette formation, il y a bien une chose que je redoutais : l’ennuie et la solitude. Et bien, je ne m’ennuie pas… loin de là. Comme vous l’avez compris, je n’ai pas une minute de glandouille dans cet emploi du temps de fou.

Et la solitude ? Franchement, je ne la ressens pas. Moi qui avais pourtant l’habitude de papoter avec les collègues tout au long de la journée, me voilà confrontée à mes pensées… à mes seules pensées. Et cela semble me convenir. Parfois, je me dis que tout cela pourrait me lasser.

Mais, même si tout semble rouler, ces derniers temps, il  y a comme un truc qui cloche.

Je ne veux pas me plaindre, parce que, non, franchement, je trouve ça cool d’être à la maison, de bosser sur des sujets qui me plaisent et de vivre un peu de ma passion (ce n’est pas encore ça mais qui sait, cela peut évoluer !). Mais voilà, parfois je suis fatiguée.  Fatiguée physiquement oui… mais quel parent ne ressent pas cette fatigue tout à fait normale ? Avoir des enfants c’est vraiment génial mais c’est un peu fatiguant aussi 😀

La fatigue qui me pèse le plus est peut-être liée à cette fatigue physique. Il s’agit d’une fatigue morale. Il prédomine toujours cette impression de course contre le temps qui me rend folle ! L’envie de faire des tas de choses est bien là mais le temps pour les réaliser me manque cruellement. Cela ira peut-être mieux quand ma formation sera terminée… à la condition que je ne reprenne pas un poste de bureau, que je reste à travailler à la maison… Sur ce point, je ne peux m’exprimer pour l’instant. Je crois qu’il me manque beaucoup d’éléments pour avoir une idée de l’avenir…

L’impression de ne pas pouvoir suivre le rythme demeure toujours et elle s’accentue avec mon statut de “blogueuse”.

Aujourd’hui, tout porte à croire que “bloguer” ne suffit plus. Même si, pour l’heure, je ne peux pas me plaindre du taux de fréquentation de mon blog, je ne peux que constater l’émergence de nouveaux modes de communication. Ils sont, pour beaucoup, basés sur la vidéo. La vidéo est un support qui séduit les plus jeunes. On voit apparaitre de nouveaux Youtubeurs… D’ailleurs c’est sacrément cool d’être Youtubeurs. Et, il n’y a pas à dire, il y en a de sacrément talentueux (bon, y’en a des nuls aussi… j’en ai trouvé pas mal !).

Voilà, je ne vous cache pas que Youtube est un support qui m’intéresse beaucoup mais qui soulève chez moi pas mal d’interrogations et révèle même quelques faiblesses. Je vous en parlerai peut-être dans un autre article car ce n’est pas l’objet du présent post. Bref, Youtube m’attire mais me flanque à la figure ce manque de temps auquel j’ai perpétuellement l’impression d’être confrontée.

*

J’ai bien conscience que cet article est quelque peu décousu. Mais je crois qu’il est le reflet de mon esprit. Un peu brouillon, un peu perdu, un peu perplexe… En attendant, c’est bien là où j’en suis presque 2 mois après le début de ma formation.

Commentaires

Commentaires

This entry was posted in HUMEURS.

3 comments

    • Evelyne says:

      Ben justement… il n’y a pas beaucoup d’équilibre. Je constate que je ne suis que dévouée à tout cela. je me néglige beaucoup… l’équilibre doit être trouvé. C’est justement le fait de prendre conscience de ce qui cloche qui peut y aider mais je ne te cache pas que ce n’est pas facile.

  1. Maman Sur Le Fil says:

    Effectivement, tu as l’air d’être un peu équilibriste dans tout ça… j’espère que tu vas réussir à équilibrer un peu tout cela… En attendant continue à prendre tout ce que ta formation peut t’apporter.

    Plein de courage

    Virginie

Laisser un commentaire

Coche cette case et un lien vers ton dernier article apparaitra !